Catherine Viollet
(artiste)



 

Signe et tache tel qu'en parle Walter Benjamin se signalent en dé-liaison dans mon travail. Dessin et couleur se jouent l'un de l'autre, mais gardent leur autonomie.
Le signe c'est ce trait qui court sur la toile ou le textile amidoné, parfois à la recherche de capture des masses d'air, ces lignes de dépressions des cartes météorologiques, essais de fixation d'un mouvement aléatoire, essence même de l'abstraction.

La dé-liaison c'est aussi l'air qui entre dans l'œuvre, ou l'air nécessaire à toute forme de vie. L'écart. Garder la distance. La distance de l'observation, de très loin parfois, à l'aide du téléobjectif depuis cette fenêtre d'où nous prenons des nouvelles du monde. Seuil matérialisé ici par le verre feuilleté enserrant la photo, capture fugitive elle aussi.
Il est étrange de constater qu'en espagnol et en anglais, le mot fenêtre a à voir avec le vent ( ventana/viento, window/wind)... Fenêtre qui à l'origine n'a pas été conçue pour le regard, mais pour l'air et la lumière, sans écran. La vision est venue ensuite.



 
 
 
 
Vues de L'exposition
 
Catherine Viollet