José Maria Gonzalez

né en 1960 en France. Il vit et travaille à Paris.

José Maria Gonzalez 

 
José Maria Gonzalez est né en 1960 en France. Il vit et travaille à Paris.
Artiste plasticien, il conçoit le dessin comme pratique quotidienne. Pinceau, stylo, crayon, ces outils lui permettent d’exprimer son appétit  pour des formes plutôt minimales. D’une multitude de carnets  il a extrait, photocopié, puis fait intrusion dans l’espace urbain en collant ces assemblages de signes pariétaux modernes de 2002-2010.
Depuis 2003, il co- anime la revue apériodique de dessin Rouge Gorge qui, à travers sa ligne éditoriale, synthétise divers horizons du dessin contemporain.
Il fait également partie du projet collectif UN NOUS avec lequel il a participé à La force de l’art #1 au Grand Palais à Paris en 2006, à la Xe Biennale internationale de Lyon en 2009 et à La Mostra de Givors en 2015 pour la XIIIe. Biennale internationale de Lyon (Veduta).
On a vu son travail aux expositions « Fabula Grafica » à Rouen (2010), « Le bruit du dessin », au Centre d’art contemporain La villa du parc à Annemasse (2012), où étaient présenté ses carnets dans une composition murale. Avec la galerie Aperto il a participé au salon Drawing Room à Montpellier (2011) ainsi qu’au Festival Bonjour India produit par Culturesfrance à Chennai en Inde (2010).
Il mène actuellement un travail de peintures sur papier, où des personnages se meuvent dans des paysages oniriques aux couleurs crépusculaires. Celles-ci ont été exposées au Centre d’art contemporain de Lacoux à l’exposition « Stratos » organisé par la revue Collection (2012) et à l’exposition « Mauvaises Graines » à Topographie de l'art à Paris en 2016
http://levallonjosemariagonzalez.blogspot.fr/
http://octopusjmgonzalez.blogspot.fr/

 

José Maria Gonzalez Daniel Guyonnet
 
 José Maria Gonzalez
 

Note sur ma pratique du carnet (extrait de la revue Roven # 9 / 2013)

Au tout début, c'était plutôt des « livres de peintres » (les « carnets peints ») qui me permettaient d'anticiper des peintures en série que je réalisais par la suite (1993/1998). Puis, de 1998 à 2006 je réalisais non plus sur des carnets mais sur des cahiers plus fins, des dessins en noir et blanc, à l'encre de chine (les « carnets noirs » ). Même formats, même nombre de pages, une sorte de journal de bord où j’ai presque quotidiennement dessiné, inséré et noté, formes, mots, et parfois quelques textes, poèmes d'amis.
Travail prolixe, (plus de mille à ce jour) important par la liberté graphique obtenue. Mêlé de lettres et de mots agissants comme ferments de l'image, cet ensemble de pictogrammes renvoie à un désir de formulation encyclopédique du monde ; la juxtaposition de ces milliers de dessins opère de nombreuses mises en abyme. A partir de 2002, de cette multitude de carnets, j'ai extrait, photocopié puis collé ces assemblages de signes pariétaux modernes dans l'espace public. Il y a eu un mouvement de l’atelier vers la rue et de la rue vers l’atelier, car de mes nombreux collages urbains je ramenais divers strates d'affiches arrachées aux murs des villes avec lesquels je confectionnais les couvertures de ces carnets..
C'est dans la continuité de ce travail de dessin pages à pages que je fus amené à créer avec Antonio Gallego , la revue de dessin Rouge Gorge (2003) et participer à l’aventure de la microédition.(livres d’artistes aux éditions Kaugummi, Derrière la salle de bains, Solo ma non troppo, Frédéric Magazine, Re-Surgo…)

Depuis 2007, je poursuis un autre travail de carnets (les « carnets blancs » ), où le dessin devient plus onirique et se rapproche de l'univers de ma peinture actuelle. Ils me permettent d'articuler des recherches, ils sont là comme une avant-pensée, et bien souvent m'inspire à une œuvre picturale ; ils agissent aussi comme un apaisement à ma boulimie d'images. Il est difficile de les montrer en dehors de l’atelier, cela m’entraîne à chaque fois à concevoir un dispositif original; même si je les ai toujours conçus de manière autonome, il me semble particulièrement intéressant de les présenter en très grand nombre.

http://carnetsjosemariagonzalez.blogspot.fr/